PROTEINES : WHEY, CASEINATES, LACTOSERUM, NATIVES, VEGETALES, QUELLES DIFFERENCES ?

Apporter des protéines à son organisme est essentiel, de part les rôles multiples que jouent ces dernières (structurel, physiologique…), d’autant plus dans le cadre d’une pratique sportive : quelle source privilégier ?

 

Les protéines de blanc d’œuf, plébiscitées il y a plus de 20 ans comme la référence, ne sont pas aussi intéressantes que cela, pour deux raisons essentielles.

Premièrement, les protéines de blanc d’œuf doivent être consommées complètement cuites car à l’état cru elles contiennent de l’avidine (qui se détruit au contact de la chaleur).

L’avidine est une protéine qui se lie à la biotine pour bloquer son absorption et qui peut avoir pour conséquences l’apparition de troubles musculaires et dermatologiques (allergies). Et enfin parce que, peu digestes, elles ont souvent tendance à engendrer des problèmes de mauvaise haleine et flatulences.

Les protéines totales de lait qui ont une biodisponibilité quasi-parfaite sont obtenues par ultra-filtration et concentrent une grande quantité de nutriments tels que glycomacropeptides, lactoferrine… qui sont très utiles au système immunitaire et à la récupération musculaire.

Les protéines de lactosérum ou « Whey » sont les protéines les plus utilisées par les sportifs de haut niveau en raison de leur aminogramme (composition en acides aminés) particulièrement riche en acides aminés branchés qui sont dits « essentiels », car l’organisme ne peut les fabriquer.

Ces acides aminés qui représentent 35 % du volume musculaire, sont détruits proportionnellement à l’intensité et à la durée des efforts, et nécessitent d’être régénérés rapidement après une épreuve pour optimiser la synthèse protéique (fabrication de nouveaux muscles). Les isolats de protéines de lactosérum bénéficient d’une concentration protéique supérieure aux concentrats, pour maximiser naturellement le développement rapide des muscles.

Les protéines de caséine ou caséinates de calcium, sont constituées de plus grosses molécules de protéines. Leur digestion est lente et permet une diffusion très progressive des acides aminés dans le sang sur une longue période.

Cette digestion plus lente mobilise également plus de calories et active ainsi la combustion des graisses de réserve.

Ce type de protéines est particulièrement recommandé pour perdre du poids ou travailler à « la définition musculaire » (abdominaux, fessiers…). Privilégiez avant tout les protéines de caséine obtenues par ultrafiltration qui sont les plus solubles avec un meilleur goût.

 

Les protéines natives

La whey traditionnelle et ses dérivés (isolats et hydrolysats) proviennent du lait de vache, traité à haute température afin de dissocier la partie liquide de la partie solide. C’est de cette manière que l’on fabrique le fromage. La partie solide, est essentiellement constituée par de de la caséine. La partie liquide ou lactoserum, correspond elle, à la whey. Une fois isolé, le lactosérum destiné à produire de la whey est séché afin d’en retirer les résidus, le lactose, les glucides et les lipides. Voici comment votre whey "fromagère", autrefois considérée comme un déchet de la fabrication du fromage, est produite.

La whey native, quant à elle, n’a pas subi de traitement thermique et n’est pas issue de l’industrie fromagère, elle est donc considérée comme une protéine intacte. 

En effet, les protéines de lait soumises à de hautes températures sont "cassées" et leurs acides aminés moins assimilables par le corps de part cette action. 

La whey native est fabriquée à froid, conservant ainsi le profil d’acides aminés originel, plus facilement assimilable par le corps. Étant donné que le lait est utilisé pour produire exclusivement de la whey, il ne contient pas les ingrédients présents dans le lait traité pour fabriquer du fromage : présure, ferments, enzymes et bactéries. La différence fondamentale entre ces deux protéines, est que l’on considère que la whey fromagère est dénaturée et que la whey native est non dénaturée. 

STC NUTRITION® met à votre disposition une gamme de spécialités unique qui optimise les vitesses d’assimilation de ses protéines en fonction des objectifs recherchés, en associant les meilleures sources de protéines : protéine totale de lait concentrées, isolat de protéines de lactosérum obtenu par échange d’ions, caséinates de calcium obtenu par ultrafiltration. Ces sources sélectionnées pour leur grande valeur biologique, possèdent une réelle synergie d’action pour apporter de façon sélective et durable tous les nutriments et les acides aminés nécessaires au fonctionnement optimal du métabolisme énergétique ainsi qu’à la croissance et à la récupération musculaires.

 

Les protéines végétales

Les protéines font partie des éléments essentiels à la constitution de tout être-vivant, il est donc essentiel de veiller à ses apports. Les protéines végétales constituent une alternative tout à fait intéressante aux protéines animales. Un mélange de protéines végétales issues de différentes sources (pois, soja, chanvre, courge, quinoa…) permettra d’obtenir un profil complet en acides aminés essentiels et une assimilation qui n’a rien à envier aux protéines laitières.  Comme pour ces dernières, il est important de faire le choix de procédés doux et respectueux des matières premières qui préservent leurs qualités nutritionnelles, tels que des isolats obtenus par ultra-filtration.

L’organisme n’étant pas capable de stocker des réserves de protéines, il faut au quotidien par l’alimentation, permettre au corps de puiser les protéines dont il a besoin, quelle que soit leur origine.

 

Notre conseil nutritionnel