Tout le monde a déjà cherché à connaître son Indice de Masse Corporelle. Que ce soit pour contrôler son poids ou pour affiner sa silhouette, c’est l’un des premiers calculs que l’on fait lorsqu’on veut atteindre son poids idéal. Mais la plupart du temps, on s’arrête là. On fait le calcul, on en tire des conclusions hâtives et on ne cherche pas plus loin. Et si nous vous disions que l’IMC peut vous aider à savoir si vous encourez à perdre du poids ? Alors, l’IMC, c’est quoi exactement ? Et surtout, quelle est son utilité ? Comment l’utiliser pour atteindre vos objectifs et être en meilleure santé ?

Zoom sur l’IMC et tout ce que cela peut vous apporter en termes de bien-être et de santé.

 

L’IMC, c’est quoi ?

À première vue, l’Indice de Masse Corporelle est tout simplement un chiffre. Un simple calcul établissant le rapport entre la taille et le poids d’une personne.

Et c’est vrai ! L’IMC se calcule sur la base de ces deux éléments. Avec une formule mathématique simple pouvant être calculée en quelques secondes. Nous parlerons de cette formule au point suivant.

Mais il y a une chose importante que vous devez savoir à propos de l’IMC. C’est que contrairement aux apparences, cet indice va bien au-delà d’un simple calcul. Il s’agit d’un indicateur qui peut vous aider à préserver votre capital santé.

L’Indice de Masse Corporelle est une notion apparue dans les années 1840. Son objectif principal, c’est d’aider tout individu à atteindre son poids idéal. Le principe est simple. Il s’agit de savoir si notre poids est proportionnellement adapté à notre taille. Parce que 2 personnes peuvent faire le même poids, mais présenter des facteurs de risque différents en ce qui concerne leur santé. Le poids ne fait pas tout. Il est surtout question de corpulence.

Et donc, grâce à cet indicateur, vous pouvez déterminer si vous êtes en situation de sous-nutrition ou de maigreur, ou si à contrario, vous êtes en situation de surpoids ou d’obésité.

Aujourd’hui, l’IMC est la seule norme internationale reconnue par l’OMS pour mesurer la corpulence d’un individu et identifier en fonction de cela, les éventuels risques de santé liés à la dénutrition, au surpoids et à l’obésité.

Alors oui, l’IMC représente certes un chiffre, mais c’est surtout L’indicateur permettant d’évaluer les risques que votre poids pourrait représenter pour votre santé. Il est donc primordial de savoir le calculer, même les yeux fermés.

 

Comment calculer son IMC et quelle conclusion en tirer ?

Comme évoqué un peu plus haut, la formule de calcul de l’IMC est tout ce qu’il y a de plus simple. C’est plutôt l’interprétation qui en découle qui devra plus retenir votre attention. Le challenge pour vous, ce sera de déterminer quoi faire pour adapter votre hygiène de vie afin de ne pas tomber, soit dans la maigreur, soit dans le surpoids ou l’obésité.

Mais avant toute chose, il faut d’abord faire le calcul. Alors, voici la formule :

IMC = poids en kg / taille2.m

Autrement dit, vous divisez votre poids par le carré de votre taille. Si par exemple, vous faites 61 kg et que vous mesurez 1,69 m, il suffit de multiplier 1,69 par 1,69, ce qui donne 2,8561. Ensuite, divisez votre poids, 61 par 2,8561. Votre IMC est donc de 21,4.

Allez-y, faites le calcul avec vos propres mensurations. C’est bon ? Très bien. Voyons à présent comment interpréter votre résultat selon les différentes catégories définies par l’OMS.

  • IMC est inférieur à 18,5 = situation de sous poids ou de maigreur.
  • IMC situé entre 18,5 et 24,9 = poids normal.
  • IMC situé entre 25 et 29,9 = surpoids.
  • IMC supérieur à 30 = obésité. 

Et c’est tout ? En fait, non. Mais généralement, beaucoup de personnes s’arrêtent à ce niveau quand elles calculent leur Indice de Masse Corporelle.

 

Les différentes catégories d’IMC et leur interprétation  

18,5 < IMC < 24,9

L’IMC situé entre 18,5 et 24,9 est considéré comme normal. C’est généralement ce qui est décrit comme un état de santé optimal. Le poids est adapté à la taille. Assurez-vous de garder une bonne hygiène de vie, de bonnes habitudes alimentaires et de faire régulièrement des exercices physiques pour préserver cet état de santé idéal.

IMC < 18,5

Pour un IMC inférieur à 18,5, on parle de sous poids. Même si les risques liés au surpoids et à l’obésité sont ceux qui sont le plus souvent évoqués, le sous poids n’est pas non plus à négliger. Il peut entraîner une faiblesse du système immunitaire avec des risques d’infertilité, d’insuffisance pondérale, de carence, d’ostéoporose...

Un IMC inférieur à 18,5 peut aussi être la conséquence d’une pathologie. Si vous vous retrouvez dans une telle situation, parlez-en immédiatement avec votre médecin.

25 < IMC < 29,9

Dès que votre IMC commence par dépasser les 25, c’est que la situation devient préoccupante. Le poids commence par devenir trop élevé par rapport à la taille. Vous avez plus de risque de développer du diabète, des maladies cardiovasculaires, voire certains types de cancer.

L’objectif ici, n’est pas de vous effrayer. Mais plutôt, de vous aider à prendre conscience de la situation et de prendre les dispositions qui s’imposent. Une activité physique régulière et une alimentation équilibrée sont d’excellentes solutions pour revenir à votre poids idéal.

IMC > 30

Ici, le poids est déjà trop élevé par rapport à la taille. Il s’agit d’une pleine situation d’obésité. Les risques de maladies métaboliques sont encore plus élevés. Diabète, maladies cardiaques, cancer… Comme en cas de surpoids, il est urgent de prendre de meilleures résolutions et d’adapter une nouvelle routine alliant alimentation et sport afin de perdre du poids. Pour une perte de poids importante, n’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels.

Comme vous avez dû le constater, le calcul de l’IMC ne tient pas compte du sexe, ni de l’âge. Alors que chez les femmes par exemple, certains facteurs sont à prendre en compte pour obtenir des résultats efficaces.

 

L’IMC chez la femme : les paramètres dont il faut tenir compte

Vous l’avez compris. Que la femme ait 20, 40 ou 55 ans, la formule de calcul de l’IMC reste la même. Toutefois, certaines femmes, lorsqu’elles sont en période de ménopause, perdent du poids. Ceci est notamment dû à la perturbation créée au niveau des hormones. Et donc, même s’il y a perte de poids, le changement hormonal qui s’opère à cette période peut engendrer une augmentation de la graisse abdominale ; un des principaux facteurs de risque de maladies métaboliques après la cinquantaine.

Attention, il ne s’agit pas de la graisse sous-cutanée qui est visible sous forme de bourrelets et qu’on peut toucher. Mais plutôt de la graisse viscérale qui entoure les organes et perturbe leur fonctionnement.

Alors, chez les femmes, en plus du calcul de l’IMC, il faut également tenir compte de la présence de la graisse viscérale pour évaluer les risques de santé.

 

IMC et poids idéal : des notions de plus en plus ignorées

De récentes études ont révélé qu’en France, près d’1 adulte sur 6 souffre d’obésité avec une forte augmentation chez les jeunes. Et 1 adulte sur 2 est en situation de surpoids. C’est dire à quel point un simple indicateur peut faire prendre conscience de la situation. L’IMC n’est pas qu’un simple chiffre. C’est le moyen de prendre connaissance de sa situation actuelle et de prendre des meilleures résolutions pour retrouver un état de santé optimal.

Une fois calculé, un bilan chez un professionnel de santé peut vous aider à faire le point et à mettre en place de nouvelles règles hygiéno-diététique afin de vous sentir bien dans votre corps et de préserver votre capital santé.